Christianophobie de pouvoir en Chine

Fin 2019, à l’aube de l’éclatement à Wuhan de la future crise mondiale liée au coronavirus, les autorités chinoises émettent la volonté de réécrire la Bible1Chine : le Parti communiste veut adapter la Bible”, Cathy Gerig in Réforme, publié le 09/07/2020. afin de la rendre “plus conforme” au dogme du parti communiste et aux “exigences de la nouvelle époque2Xi Jinping veut réécrire la Bible pour l’adapter à la ligne du Parti communiste”, Sébastien Falletti in Le Figaro, publié le 22/12/2019.. Depuis, la répression ne s’est pas allégée. Au contraire.

Ces dernières décennies, le nombre de chrétiens a fortement augmenté en République Populaire de Chine. D’après un rapport officiel du Conseil des affaires de l’État3Rapport “China’s Policies and Practices on Protecting Freedom of Religious Belief” rapport du Conseil des Affaires de l’État de la République Populaire de Chine, publié le 03/04/2018., la branche protestante a vu son nombre de croyants passer de 10 à 38 millions. Mais beaucoup d’experts estiment que ce chiffre, de source officielle, ne prend pas en compte les fidèles de nombreuses églises souterraines non contrôlées par Pékin. D’après le think-tank “Council on Foreign Relations”, la Chine devrait devenir d’ici 2030 le pays comptant le plus de chrétiens4Christianity in China”, Eleanor Albert, publié le 11/10/2018..

Toutefois, cette progression de l’Évangile au pays de Confucius ne fait pas le bonheur du pouvoir et la Bible se retrouve de nouveau dans le viseur des autorités. Après en avoir interdit le commerce en ligne et restreint la vente aux églises officielles en 2018, le gouvernement sanctionne désormais tous ceux qui proposent des solutions alternatives.

C’est ainsi que deux entreprises qui vendaient des lecteurs MP3 de Bible, se sont récemment retrouvées devant les tribunaux5Christian Entrepreneur Put on Trial for Making Audio Bible Players”, Li Attoney in China Christian Daily, publié le 17/12/2020.. Accusé “d’opération commerciale illégale” pour avoir donné accès à des textes bibliques, des messages et des chants, Lai Jinqiang, chef d’entreprise, a été jugé le 7 décembre dernier à Shenzhen. Deux jours plus tard, quatre autres employés l’ont été, toujours à Shenzhen.

Si aucune sanction pour le moment n’a été prononcée dans la première affaire, le procureur a d’ores et déjà requis à l’encontre des quatre employés des peines allant de dix-huit mois à cinq ans de prison. Ces procès illustrent la sévère répression menée en Chine et expliquent pourquoi le pays figure au 17ème rang mondial du dernier Index mondial de persécution des chrétiens6Index Mondial de Persécution des chrétiens 2021, rapport de l’ONG Portes Ouvertes, publié le 13/01/2021. publié par l’ONG Portes Ouvertes.

À ce jour, la Bible est le seul livre ne pouvant être vendu en Chine via les réseaux classiques, contrairement aux livres de référence des autres religions, qu’elles soient bouddhiste, taoïste ou musulmane.

Send this to a friend